VIVRE A ENTRE DEUX EAUX

LOCALISATION

Située sur une colline, la commune d'Entre Deux Eaux doit son nom à l'absence de ruisseau notable la traversant. Elle domine à l'ouest la vallée de la Meurthe et au nord celle de la Fave.
L'altitude moyenne du village, où d'ailleurs se trouvent l'église et son cimetière, est de 420 mètres. À noter deux hameaux excentrés, Remémont au nord et Fouchifol à l'est.
On accède au village de deux façons, par Remomeix - Sainte-Marguerite et par Saulcy-sur-Meurthe - Mandray dont la route est nommée la « Mataguette », en patois vosgien.
Communes limitrophes


Communes limitrophes d’Entre-deux-Eaux

 

Sainte-Marguerite

Remomeix

Saulcy-sur-Meurthe

eee

Saint-Léonard

Mandray

Coordonnées

eeee48° 13′ 55″ Nord 6° 59′ 33″ Est / 48.2319444444, 6.9925

Altitude

Min. 372 m – Max. 732 m

Superficie

8,47 km2


HISTOIRE

Le toponyme d’Entre-Deux-Eaux (ou finage d’Entre-Dous-Awes) est attesté au moins en 1316.
La commune faisait partie de la mairie de Mandray où le chapitre de Saint-Dié était seigneur haut, moyen et bas justicier. À l’époque moderne, la commune relevait du bailliage de Saint-Dié.
L’église fut érigée en vicariat perpétuel en 1667 aux dépens des paroisses de Fraize et de Saulcy. Le chapitre de Saint-Dié avait droit de patronage à la cure. L’église, dédiée à saint Vincent, était annexe de Mandray.
De 1790 à l’An IX, Entre-Deux-Eaux a fait partie du canton de Saint-Léonard. La mairie et l’école du centre ont été construites en 1835 ; l’école du hameau de Remémont en 1875.
La commune a intégré le 1er janvier 2014 la Communauté de communes Fave, Meurthe, Galilée.

DEMOGRAPHIE

En 2013, la commune comptait 530 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année.


           Évolution de la population

 

1793

1800

1806

1821

1831

1836

1841

1846

520

562

621

568

718

756

750

746

 

1861

1866

1876

1881

1886

1891

1896

1901

1906

726

705

733

711

672

657

624

632

620

 

1911

1921

1926

1931

1936

1946

1954

1962

1968

579

540

491

464

436

402

347

330

321

 

1975

1982

1990

1999

2006

2008

2011

2013

-

317

402

454

450

463

473

521

530

-

De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 19991 puis Insee à partir de 20042.)
Histogramme de l'évolution démographique
eeee



CULTURE LOCALE ET PATRIMOINE

Lieux et monuments

  • La Promenade des calvaires.
  • L'église Saint-Vincent avec son chœur gothique et sa nef reconstruite en 1837. Un orgue (dont l'origine n'est pas clairement établie) installé en tribune au-dessus de l'entrée3.
  • Ruines du Haut-des-Mines. Maisons à double porte cochère, sentiers de mémoire (voie antique, maisons paysannes, …)

Héraldique


eeeeee

Blasonnement :
Taillé : au premier d'azur à un mouton d'argent passant, au second de gueules à un sapin arraché de sinople.
Commentaires : Le blason, de conception récente, évoque l'économie agricole du village. Les puristes déplorent une violation de la règle de contrariété des couleurs (en l'occurrence sinople sur gueules) avec l'emploi d'armes à enquerre.

Nouveau visuel depuis 2017.eeeeeeeee

 

 


BALADES

Des circuits pédestres ont été créés sur la commune afin de mettre celle-ci en valeur et de permettre à tous de découvrir au cours de leur promenade l'histoire locale (les carrières de Remémont, les mines, l'école, les combats durant la guerre, la chasse aux sorcières...)
Quatre circuits ont été matérialisés :
- Le parcours des mines : 6,5km (La Planchette, Remémont),
- Le parcours de la sorcière : 5km (le village, La Planchette, le Moncel),
- Le parcours du poilu ; La Behouille 1 : 8,5km, - Le parcours du poilu ; La Behouille 2 : 3km.
Un dépliant a été élaboré et est à la disposition du public en mairie. Les panneaux d’explications placés sur les différents circuits ont été réalisés en étroite collaboration avec les étudiants de l’IUT de Saint -Dié pour l’infographie, M. André Antoine pour les photos, et avec M. Claude Janel pour ses connaissances aiguisées de l’histoire locale. Le balisage quant à lui, a été fait par la municipalité avec l’aide précieuse des membres de l’Amicale Laïque et des employés communaux.
Nous remercions chaleureusement toutes ces personnes pour leur engagement dans le projet.

 

ici le plan .

COMMERCES

Mettre du contenu.